La Légende du Troll Blanc



Extrait du livre « Recueil historique et légendes de la première ère », volume 21.
Pour une meilleure compréhension, cet extrait est traduit du vieil Humain.


Yeldak se réveilla avec le goût âpre du sang dans la bouche. La sensation suivante fut celle de son corps endolori par les multitudes de coups qu’il reçut lors de la bataille. La douleur aussi d’être resté étendu trop longtemps sur le sol rocailleux de la grotte, qui s’offrait à ses yeux tuméfiés.

Que restait-il de son village à présent ? Combien avaient survécu ? La nuit dernière fut la plus terrible de sa vie. L’orage avait couvert la progression des trolls. Avant même que les soldats ne s’organisent, les sentinelles et les gardes avaient été massacrés, déchiquetés à coup de griffes et de crocs. Leur sang s’était mêlé aux eaux boueuses de l’orage, et avait inondé les rues de sa sombre teinte. L’enceinte du village ne comptait que trois portes. Quelques villageois seulement étaient parvenus à s’échapper par celle du nord, juste avant que les hordes de trolls ne l’investissent...

Pour découvrir la suite, cliquez sur "acheter" dans le menu. Vous trouverez l'ensemble des chroniques dans le recueil "Histoires et légendes almériques" au format e-book !


Retour